Contact  |  Recherche  
D  |  F  |  I

Encart et article pour votre journal municipal

Communiquez dans votre journal municipal sur l'interdiction des herbicides!

- Encart «Attention aux produits toxiques»: Télécharger ici

- Article «Herbicides – interdits pour d’excellentes raisons» :
  Copiez le texte ci-dessous!)


Herbicides - interdits pour d’excellentes raisons

Les herbicides sont également interdits dans le cadre d’un usage privé. (cliquez pour l'image en qualité d'impression)

 Appelées «mauvaises herbes» dans le langage courant, les plantes sauvages indésirables sont souvent considérées comme une nuisance. Nombreux sont ceux qui auraient volontiers recours à la pulvérisation. Or les produits phytosanitaires destinés à éliminer des plantes  sont toxiques! Mieux vaut y renoncer.

Lorsque les herbes poussent sur les allées de graviers ou entre les dalles, il est tentant d’utiliser un herbicide (désherbant). Toutefois, conformément à l’Ordonnance sur la réduction des risques liés aux produits chimique 814.81, annexe 2.5, l’application d’herbicides est interdite sur les surfaces suivantes :

  • sur toutes les routes et les chemins de même que sur les talus et les bandes de verdure le long des routes et des voies ferrées
  • sur toutes les places telles que les parkings, les aires de stockage, les surfaces couvertes de dalles et graviers.
  • sur les toits et terrasses

La raison en est que les produits s’échappent très rapidement de ces surfaces, puis s’infiltrent dans les eaux souterraines ou se retrouvent par les canalisations dans nos lacs, rivières et ruisseaux. De là, ils peuvent menacer les personnes, les plantes et les animaux en se retrouvant dans l'eau potable. Quelques gouttes suffisent à polluer des milliers de litres d’eau. Toute utilisation et stockage inapproprié de substances toxiques représentent donc un danger pour la santé et l’environnement. Afin d’éviter tout risque inutile, mieux vaut renoncer aux herbicides. Les conseils suivants permettent de lutter contre les plantes indésirables sans produits chimiques: 

Prévention

Un robuste balai permet d’y parer : un balayage régulier élimine l’humus et les graines, et empêche la germination des herbes.

Un gazon empierré ou des dalles à végétaliser facilitent l’entretien des chemins et des places. Il suffit de tondre une à deux fois par an. En outre, l’eau de pluie peut s’infiltrer dans le sol, désengorgeant ainsi les canalisations.

Entre les plates-bandes, les écorces ou la sciure de bois ralentissent la croissance des mauvaises herbes. Les parterres peuvent être garnis de plantes de couverture dominantes, qui supprimeront les mauvaises herbes. Le mieux est de choisir des plantes indigènes, comme par exemple l’épervière, la violette ou la fraise sauvage.

Tolérance

Toutes les plantes indésirables ne sont pas dérangeantes, au contraire: les fleurs sauvages et les herbes sur le bord des chemins ou au jardin sont autant d’atouts pour l'œil et la nature. Elles offrent nourriture et abri aux insectes utiles tels que les papillons, les coléoptères et les abeilles sauvages.

Régulation

Sarcler est la méthode la plus efficace. Il faut arracher la plante entière avec ses racines. Râteau, sarcloir et binette faciliteront le travail. Lorsque les racines ne se laissent pas faire, il faut stopper la croissance de la plante en la coupant.

Les méthodes thermiques et nettoyeurs haute pression consomment beaucoup d'énergie ou d'eau. Elles sont donc à utiliser avec parcimonie.

Malgré leur interdiction, les herbicides peuvent être achetés librement dans le commerce dans la mesure où leur utilisation est autorisée sur les sols non stabilisés, riches en humus tels que les pelouses et les parterres. Avant d'utiliser des herbicides sur les surfaces autorisées, ceci en dépit de leur impact négatif, il faut absolument respecter les règles suivantes:

Ne mélanger que la bouillie de pulvérisation effectivement nécessaire. Si des restes subsistent, ils doivent être répartis sur un sol recouvert d'humus. Les herbicides ne doivent en aucune manière être déversés dans les égouts, l'évier ou les toilettes, ou se retrouver dans les ordures ménagères! Les résidus d'herbicides sont des déchets spéciaux et doivent être rapportés au point de vente ou au point de collecte local. Votre commune vous informe sur la date et le lieu de collecte des déchets dangereux.

L'idéal pour l'homme et l'environnement reste le renoncement à toute utilisation des herbicides - même là où ils sont autorisés. Favorisons la nature!